Nighthawks…

Nighthawks, Edward Hopper

C’est l’une des peintures les plus présentes dans notre inconscient collectif. Elle est à tort ou à raison le reflet d’une certaine idée de l’Amérique et du XXème siècle. Détournée, parodiée, copiée. Sombre sort ou hommage des images qui ont poussé les lourdes portes de la Postérité.

Nighthawks, les oiseaux de nuits. Peint en 1942 par Edward Hopper, ce dernier dit s’être inspiré d’un lieu existant à New York. Si nous ne doutons pas être en Amérique, la toile s’extrait tout de même, par sa composition, de toute coordonnée géographique précise. Comme le cliché d’un désert, le but n’est pas l’endroit mais l’atmosphère qui s’en dégage. Le lieu se suffit à lui même, il est Royaume d’une contradiction contemporaine : celle de la quiétude et de l’inquiétude.

La scène se passe en pleine nuit, rue déserte, obscurité extérieure en contraste avec l’agressive lumière jaune d’un « diner » éventré par son impressionnante vitrine. Trois personnages sont accoudés au comptoir derrière lequel s’affaire un serveur en uniforme blanc. La toile est marquée par différentes dimensions impénétrables. Il y a d’abord cette immense baie vitrée, presque un écrin aux acteurs de l’action. Elle laisse filtrer la vue mais aucun son : silence pesant de la rue aux heures les plus avancées de la nuit. Puis il y a la façade des personnages. Eux mêmes absents du décors tant ils paraissent absorbés par leur pensées.

Comme si Hopper nous laissait la lourde tâche de traverser ces couches successives et froides afin d’en démêler les drames et les silences. Entrez dans ce restaurant, dans ces esprits absorbés et voyez.

nighthawks

Publié dans : Un jour une oeuvre | le 8 janvier, 2014 |Pas de Commentaires »

Jours de pêche en Patagonie

A la recherche d’un nouveau départ, Marco décide de partir en Patagonie s’initier à la pêche au requin. Ce nouvel hobby ne semble pas être l’unique raison de son arrivée dans la petite ville de Puerto Deseado…Héros aux grands yeux tristes et au sourire envahissant (on dirait un héros burlesque du muet) qui s’en va en Patagonie s’essayer à la pêche au requin. Revoir sa fille, surtout, trop longtemps ignorée, dédaignée…

JdP     Lien vidéo

Moment sublime : devant cette étrangère qu’il ne sait ni mariée ni mère, notre burlesque triste, fan d’opéra, entonne, soudain « Che gelida manina »… Il lui chantait cet air de Puccini, jadis, quand elle était petite, quand le bonheur était encore possible, quand il n’était pas encore alcoolique. Passent alors dans les yeux de cette femme, durant quel­ques secondes, tout l’amour qu’elle éprouve pour l’homme qu’il a été et sa rancoeur pour celui qu’il est devenu…

Publié dans : Cinéma | le 8 janvier, 2014 |Pas de Commentaires »

Le cochon de Gaza

Après une tempête, Jafaar, un pêcheur palestinien de Gaza, remonte par hasard dans ses filets un cochon tombé d’un cargo. Bien décidé a se débarrasser de cet animal impur, il décide toutefois d’essayer de le vendre afin d’améliorer son existence misérable. Le pauvre Jafaar se lance alors dans un commerce rocambolesque et bien peu recommandable…

le-cochon-de-gaza   Lien vidéo

Dans cette tragi-comédie, l’ensemble du petit peuple de Gaza, coincé entre sa misère absolue au quotidien, les contraintes des militaires Israéliens et le diktat des barbus aux commandes, est représenté par ce pauvre pêcheur dont l’unique souci est de survivre au jour le jour et qui, pour cela, est prêt a tout. Jafaar, dans une permanente dérision de lui-même, même dans les moments tragiques, évolue dans cette histoire a l’humour mordant…

Publié dans : Cinéma | le 7 janvier, 2014 |Pas de Commentaires »
1...5253545556

Theyounglife |
thegoodcritic |
Flamenco y Co... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Restructuration d'Espa...
| Festival Ado #5
| Histoiredelartedna