Archive pour la catégorie 'Télévision'

Montalbano…

Salvo Montalbano est un personnage de fiction récurrent de l’œuvre d’Andrea Camilleri, un commissaire de police de la bourgade (fictive) de Vigata (en fait Porto Empedocle), en Sicile. Il s’exprime dans un mélange d’italien et de sicilien, inimitable (exemple, il se présente en disant en italien Montalbano sono, litt. Montalbano, je suis, en mettant le verbe être à la fin de la phrase comme en syntaxe sicilienne). Ses colères, sa boulimie (pour les plats typiques, en particulier les arancini), son amour contrarié avec la Génoise Livia, ses enquêtes sur la mafia et sur les faits sociaux siciliens (drogue, réfugiés, faits divers) ont conquis le public italien. Une série télévisée (Il commissario Montalbano) sur le personnage a été diffusée sur la RAI.

montalbano      montalbano1     montalbano2   Lien vidéo

Luca Zingaretti (né le 11 novembre 1961 à Rome) est un acteur italien de théâtre, de télévision et de cinéma. Luca Zingaretti est le frère aîné de l’homme politique Nicola Zingaretti, ancien président de la province de Rome, et actuel président du Latium. Après le bac il entre à l’Académie nationale d’art dramatique Silvio D’Amico dans laquelle il est diplômé en 1984. Parmi ses professeurs se trouve l’écrivain Andrea Camilleri qu’il rencontrera plus tard lorsqu’il interprétera le rôle du commissaire Montalbano créé par l’auteur sicilien. Il débute dans les années 1980 au théâtre avec Luca Ronconi. En particulier on notera ses rôles dans Les trois sœurs, Tito Andronico et Bent.

Per te bella raggaza…

Publié dans:Télévision |on 5 juillet, 2014 |Pas de commentaires »

Band of brothers…

Frères d’armes (Band of Brothers en version originale) est une mini-série américano-britannique, en dix épisodes d’environ une heure chacun, créée par Tom Hanks et Steven Spielberg d’après l’œuvre de l’historien Stephen Ambrose. Cette série retrace l’histoire des soldats de la Easy Company, du 506e régiment d’infanterie parachutée, de la 101e Division Aéroportée US (dont les membres sont connus sous le nom de « Screaming Eagles » ou « Aigles hurleurs »), de ses débuts et jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale en 1945. À la veille du 6 juin 1944, la Easy est parachutée au-dessus de la Normandie. Les parachutages sont un désastre, les dropzones (zones de sauts) sont ratées et toute la compagnie est éparpillée dans le Cotentin. De plus, le lieutenant Meehan qui commande la compagnie est tué dans l’explosion de son C-47. Le commandement de la compagnie revient donc au lieutenant Winters. Puis on suit la compagnie partout en Europe, en Normandie pour la prise des canons du manoir de Brécourt puis à Carentan pour la prise de la ville, à Eindhoven aux Pays-Bas pendant l’opération Market Garden, puis à Nuenen, lieu de naissance de van Gogh selon Webster (en fait l’un de ses lieux de résidence) et, pendant la bataille des Ardennes, les forêts ardennaises à Bastogne et à Foy, et enfin la libération d’un camp de concentration près de Landsberg am Lech. Puis le jour V-E à Berchtesgaden pour la prise du « nid d’aigle » d’Hitler, dernier bastion du Troisième Reich. Les neufs premiers épisodes sont précédés de l’intervention de vétérans de la compagnie (âgés alors d’environ 80 ans), commentant l’événement dont il va être question. Le dernier épisode, quant à lui, se conclut par quelques mots de ces anciens de la Easy sur leurs camarades et leur expérience.

Band-20of-20Brothers

Lien vidéo

Lien vidéo 1

Ce qui fait la force de Frères d’armes est que les hommes restent liés jusqu’à la fin. Les événements relatés sont tous réels, comme lors du Jour-J, lorsque Malarkey parle avec un prisonnier américano-allemand ou encore la fabuleuse course de Speirs devant toute une garnison allemande à Foy. Donald Malarkey avait un ami dans un autre régiment de la 101e dont les trois frères ont été tués au combat. À la mort du troisième frère, que Malarkey connaissait, l’état major décida de renvoyer le jeune survivant dans son foyer. Cet événement a été le point de départ du scénario du film Il faut sauver le soldat Ryan.

Avec 150 tonnes de papier recyclé afin de créer la neige : (Ép. 6 « Bastogne »), dans une scène se déroulant en forêt, la série détient le record de la plus grosse quantité de neige artificielle employée à la télévision

Band of brothers i am proud of them…

 

 

Publié dans:Télévision |on 2 mars, 2014 |Pas de commentaires »

Broadchurch..

Broadchurch est une série télévisée britannique créée par Chris Chibnall. L’assassinat d’un jeune garçon, Danny Latimer, met sous le feu des projecteurs la petite communauté de Broadchurch, petite ville côtière du comté de Dorset. L’inspecteur Alec Hardy, récemment nommé à son poste, est en charge de l’enquête avec le lieutenant Ellie Miller, proche de la famille Latimer, et qui espérait le poste de Hardy.

broadchurch-posterpdf   Lien vidéo

La première saison de Broadchurch a reçu de très bonnes critiques. Olivier Joyard des Inrockuptibles souligne l’efficacité de l’écriture de Chris Chibnall dans une série qui « repose sur une idée d’une simplicité absolue, mais elle la fait fructifier avec une complexité de plus en plus palpable au fil des épisodes. » L’Express remarque que la série s’intéresse plus à l’implosion de la communauté à travers une analyse psychologique qui cherche à comprendre les causes du crime plutôt que les moyens.

Un enfant a été tué dans une petite ville du Dorset où tout le monde se connaît, cache des petits secrets (comme dans Top of the Lake). Elle et lui, flics atypiques ne s’apprécient guère mais, chacun à leur manière veulent trouver l’assassin (comme dans les nordiques The Killing, The Bridge-Le Tunnel-Bron). Série policière où l’ambiance prime sur le suspense, où le rythme lent se déploie inexorablement. S’ajoute l’enquête d’un jeune localier qui rêve de journalisme nationale et d’une journaliste qui cherche le scoop (comme dans Borgen). Atmosphère, atmosphère.

« Je me suis d’abord intéressé aux émotions liées à la mort de l’enfant, dit Chris Chibnall dans Télérama. Je n’ai pas écrit cette enquête policière comme un thriller, mais comme une tragédie sur l’impact d’un crime sur une communauté ». Intrigue policière, charge émotionnel, travail de deuil, petits secrets entre amis, parents, voisins. Jeu des acteurs remarquable. Ca donne Broadchuch, une série ovationnée par les Britanniques pourtant habitués au genre et qui a réussi à titiller notre curiosité.

Publié dans:Télévision |on 25 février, 2014 |Pas de commentaires »
123

Theyounglife |
thegoodcritic |
Flamenco y Co... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Restructuration d'Espa...
| Festival Ado #5
| Histoiredelartedna