Archive pour la catégorie 'Cinéma'

Les moissonneurs…

Quelque part dans les plaines de l’Etat libre, grenier à blé de l’Afrique du Sud, les fermiers blancs afrikaners cultivent leurs terres, en implorant Dieu pour qu’elles prospèrent. Janno, aîné d’une famille d’exploitants agricoles, sent déjà, à 15 ans, le poids de son héritage, alors que sa mère prie pour qu’il ait « la force et la semence » qui assureront la survie de la lignée. Mais l’adolescent sent d’autres forces bouger en lui. Alors qu’il est troublé par l’un de ses camarades, voilà que débarque Pieter, un orphelin des rues au lourd passé, que sa famille adopte. Janno est sommé de l’accepter comme un frère…

Pour son premier long métrage, le réalisateur, qui a grandi juste après l’apartheid, livre une radiographie d’une communauté (la sienne) recluse sur elle-même, à travers l’histoire de deux garçons dressés l’un contre l’autre sur une terre au bord de l’embrasement. Dans une atmosphère de western crépusculaire, rongé par l’angoisse, certaines scènes prennent un relief inquiétant. Ainsi quand le fils adoptif se fait rabrouer pour avoir pris des libertés au milieu des cueilleuses noires. Dans ce paysage ouvert et immense, chacun lutte contre l’enfermement.

Moisson1

Moisson2   Lien vidéo

A l’intérieur des maisons, l’image du film rappelle la peinture flamande, mais les plaines blondes évoquent, elles, les couleurs de L’Angélus, de Millet, ou la lumière dorée des Moissons du ciel, de Terrence Malick. Jusqu’à un brasier d’une beauté d’Apocalypse. Les cendres de l’apartheid sont toujours brûlantes.

For the centh movie alone together i hope it will be a nice souvenir for you. Another country, another world, ily

Publié dans:Cinéma |on 22 février, 2019 |Pas de commentaires »

The Mule…

Eastwood ne porte donc plus le flingue mais la fleur — le lys, en particulier, qu’il cultive en champion. Mais sa petite entreprise, hier florissante, est menacée de saisie. Seul, brutalement à court d’argent, il accepte de faire le chauffeur pour transporter une cargaison illicite dont, au ­début, il ignore (ou feint d’ignorer) le contenu. La livraison, très rentable, se déroule si bien que le cartel mexicain l’ayant recruté fait de nouveau appel à lui. Passeur de drogue (« mule ») idéal, à même d’éloigner tout soupçon de la police, le vieil homme devient une sorte de mascotte. Les moments où on le voit blaguer avec les jeunes trafiquants chicanos, leur demander conseil sur la manière d’envoyer les textos, ne manquent pas de piquant.

mule1

mule2  Lien vidéo

Quelle route le curieux papy ­emprunte-t-il ? Quels Etats traverse-t-il ? Combien de kilomètres ? Ce road movie tendre et picaresque, inspiré d’une histoire vraie, ne le dit pas. Mais il montre souvent Earl dans ses multiples trajets, au volant de son vieux pick-up puis d’un 4 x 4 flambant neuf, prenant un plaisir manifeste à simplement rouler en écoutant de la bonne musique — de Dean Martin à Hank Snow, la BO est un régal de ballades jazzy ou de musique country… Il y a quelque chose de très savoureux à voir ce retraité échapper aux catégories, brouiller les pistes. Et semer la zizanie. Il fait comme bon lui semble, ne respecte aucune consigne de prudence, prend des chemins de traverse.

Baroud d’honneur d’un homme qui essaie de se racheter, La Mule s’avère, au fil des kilomètres avalés, moins ­léger qu’il n’en a l’air. Son argent gagné, Earl ne l’engrange point, mais le donne sans compter, à ses amis vétérans comme à sa famille. Il faut dire que le temps est compté, que la mort rôde. Tous ses déplacements ­incessants ressemblent à une sorte de purgatoire. Earl n’attend qu’une chose, au fond : l’arrêt de cette dérobade que sa vie a été, pour pouvoir ­enfin se réconcilier avec les siens et avec lui-même.

I know i am the happiness and the surfer of your life, but ily so much..

Publié dans:Cinéma |on 25 janvier, 2019 |Pas de commentaires »

In my room…

Plongeant dans la science-fiction, le film suit d’abord son personnage principal, Armin, un caméraman quadragénaire un peu inadapté à son environnement, dans une Allemagne très réaliste avant d’en faire le dernier survivant de l’humanité dans une seconde partie de fiction post-apocalyptique.Le cinéaste montre un talent sûr pour tisser, au travers des sensations élaborées par la mise en scène, toute une série de liens logiques entre les nombreux thèmes qu’explore le film.

Avant et après cette catastrophe qui laisse Armin seul sur terre, In My Room parle de politique : quelle vie dans le capitalisme ? comment survivre seul ? ; des générations : faut-il reproduire l’espèce quand Armin, le dernier homme, rencontre finalement Kirsi, la dernière femme du film ? quels rapports entre les membres de la famille ? ; des relations entre les humains et les animaux ; de la vitesse et de la lenteur ; de la disparition : celle de l’humanité et de celle d’un être aimé. Ces questions seront incarnées à travers une série de plans s’adressant autant aux sens qu’à l’intellect du spectateur : le vertige d’une dernière virée automobile en plan subjectif ; une femme traversant fusil dans son dos un champ aux grandes fleurs ; un reportage télé raté au parlement allemand ; un animal sauvage surgissant dans la nuit ; un homme à cheval ; une autoroute habitée par des porcs.

Inmyroom1

Inmyroom2   Lien vidéo

Refusant d’adopter presque systématiquement le point de vue de son personnage pour éviter l’identification à un héros survivaliste, la mise en scène fait une large place à de longs plans patiemment construits. In My Room ne fait de ses personnages ni des héros tragiques ni des modèles et pas plus les porteurs d’un discours. Avec une ironie délicate qui caractérisait déjà ses films précédents, le cinéaste les plonge dans une situation extraordinaire qui leur permet de remettre à plat les questions auxquelles ils ont été confrontés avant la catastrophe. Il propose au spectateur d’expérimenter avec eux à travers images et sons, où les trois langues des personnages, allemand, italien, anglais, créent un babélisme troublant, ce nouvel univers où ils sont devenus maîtres du monde et où il faut tout inventer.

On the road again with you, beautiful moment, ily, ild, taf..

Publié dans:Cinéma |on 18 janvier, 2019 |Pas de commentaires »
123456...38

Theyounglife |
thegoodcritic |
Flamenco y Co... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Restructuration d'Espa...
| Festival Ado #5
| Histoiredelartedna