The Square….

Christian est un père divorcé qui aime consacrer du temps à ses deux enfants. Conservateur apprécié d’un musée d’art contemporain, il fait aussi partie de ces gens qui roulent en voiture électrique et soutiennent les grandes causes humanitaires. Il prépare sa prochaine exposition, intitulée « The Square », autour d’une installation incitant les visiteurs à l’altruisme et leur rappelant leur devoir à l’égard de leurs prochains. La Palme d’or de cette année risque de faire naître bien des débats houleux dans les dîners en ville. Ce genre de dîners, justement, qui sont le lot quotidien de Christian, le conservateur quadragénaire d’un grand musée d’art contemporain de Stockholm. Le très séduisant Christian (Claes Bang, magnifique acteur danois aux allures de James Bond intello) a une haute idée de la culture et une idée tout aussi haute de lui-même.

Square1 Square2    Lien vidéo

Quelle mise en scène brillante ! Chaque plan est une composition rigoureuse jouant sur le champ et le hors-champ, où le cinéaste suédois explore les rapports tendus entre nature et culture, entre dominants et dominés. Le moment le plus hilarant ? Une dispute insolite, après une nuit de sexe, où Christian a une manière toute ridicule de veiller sur sa virilité… La séquence la plus époustouflante, elle, est un véritable happening. Lors d’un dîner de gala en faveur des généreux donateurs du musée, un performeur sème la terreur entre les tables en ­imitant un grand singe dominateur. Malaise dans la civilisation. Là encore, Ruben Östlund étire ce violent moment de gêne jusqu’au paroxysme, et nous interroge sur notre propre lâcheté… Le film finit pourtant sur une note d’espoir. Loin d’être mièvre, ce semblant de happy end, après deux heures de causticité, est un encouragement à ­entrer dans « le Square ».

The Square est une critique, d’une revigorante ironie, de nos sociétés con­fortables (intellectuellement, financièrement) et de plus en plus coupables et culpabilisées de l’être, quand la misère est recroquevillée, dans le froid, à chaque coin de nos rues. Comment (r)établir la solidarité alors que l’homme reste un loup pour l’homme ? Insolite movie beside you, a great moment as usual, ilyp

 

Publié dans : Cinéma |le 20 octobre, 2017 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Theyounglife |
thegoodcritic |
Flamenco y Co... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Restructuration d'Espa...
| Festival Ado #5
| Histoiredelartedna