Louise en hiver….

C’est la fin de l’été et la station balnéaire de Biligen-sur-Mer va bientôt se vider de ses touristes. Louise, une retraitée discrète, est assise sur la plage. Elle regarde les enfants jouer et profiter de leurs vacances. En prenant des notes dans son journal, elle se rappelle l’hiver dernier, quand la ville était déserte. C’est alors qu’elle se rend compte qu’elle a manqué le dernier train. Louise ne peut plus partir et tel Robinson Crusoé, elle va s’organiser une vie en solitaire en compagnie d’un chien. Comme par magie, l’animal commence à lui parler. Elle en profite pour lui raconter sa jeunesse dont elle se souvient avec nostalgie…Mais de quoi se souvient exactement Louise ? « On a sûrement dû me marier. J’ai eu des enfants et des petits-enfants, sans doute… » soliloque-t-elle, avec la voix à la fois vigoureuse et un peu flottante de l’étonnante Dominique Frot. Ses souvenirs sont comme la marée : ils se retirent, puis reviennent. Et peut-être même a-t-elle perdu la tête depuis longtemps…La magie du film est dans ce délicat mystère existentiel, ce temps sus­pendu troué de flash-back et de rêves surréalistes.

Louise en hiver, Affiche  Louise2   Lien vidéo

 

Louise représente toutes les vieilles dames qui marchent à petits pas dans le monde et que l’on croise sans y prêter attention. Sans penser une seconde qu’un jour elles ont été jeunes, amoureuses ou cruelles. Cette impression d’éternité, de merveilleux flottement vient, aussi, du dessin de Jean-François Laguionie. Quand tous les studios du monde se repaissent de couleurs et de technologie, cet héritier de Paul Grimault peint comme on respire et capte l’essence d’une existence et d’un décor avec des pastels et de la gouache. Grains du papier, grains de sable, vie égrenée en jaune soleil d’hiver et en bleus qui se grisent par vagues : chaque image vibre. L’avenir de Louise ? Tel le cow-boy solitaire, elle a l’horizon devant elle. Et maintenant, elle est armée pour le prochain hiver. Dans une décharge d’objets abandonnés, elle a trouvé un couteau suisse, avec toutes les options habituelles… plus une : il fait aussi pinceau. —

Hope you have had a dilicious moment alone together, ily…

 

Publié dans : Cinéma |le 2 décembre, 2016 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Theyounglife |
thegoodcritic |
Flamenco y Co... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Restructuration d'Espa...
| Festival Ado #5
| Histoiredelartedna