Archive pour décembre, 2014

Retour à Ithaque…

Un soir à la Havane, quatre amis se sont réunis pour fêter le retour d’Amadeo, qui revient d’un exil de 16 ans en Espagne. Il y a Tania, Rafa, Aldo et Eddy, tous des intellectuels ou des artistes autour de la cinquantaine… Sur une terrasse qui domine la ville, ils vont passer la nuit à boire et à parler, à évoquer des souvenirs traversés par les regrets, les non-dits et la répression politique… Quitte à lever le voile sur des rancoeurs personnelles et dévoiler des secrets jusque-là bien enfouis… Parmi les rares cinéastes français à avoir obtenu la Palme d’or (pour Entre les murs), Laurent Cantet est le moins identifiable. Sans effet de signature voyant, il passe d’un genre à l’autre, change d’époque, de pays, de langue. Après Foxfire, dans l’Amérique des années 1950, le voici sur une terrasse dominant La Havane, au rendez-vous de cinq amis fêtant le retour d’un des leurs après seize ans d’exil. Ils ont tous la cinquantaine bien sonnée. Ils ont fait corps avec l’idéal révolutionnaire pendant leur jeunesse. Puis l’effondrement de l’URSS et la suspension de son aide ont brisé leurs rêves et les ont conduits au bord de la pauvreté. Chacun s’est débrouillé comme il a pu, sauvant ou pas son intégrité, son couple, sa vie familiale, sa santé psychique…

culture-ithaque     Lien vidéo
…..
En étroite collaboration avec l’écrivain cubain Leonardo Padura Fuentes, le cinéaste inventorie les maux, les rancunes, les chagrins d’une génération flouée par l’Histoire. L’unité de lieu et de temps (une nuit sur la terrasse), avec sa dimension théâtrale, n’est pas dérangeante en soi : les acteurs, tous concernés intimement par leur partition, et filmés avec tact, apportent trouble, humour et émotion. Et la révélation capitale du « revenant » intervient à la toute fin, comme dans une pièce calibrée, alors que rien ne l’empêchait auparavant. La clarté et la précision pédagogiques des dialogues (passionnants sur le passé et le présent de Cuba) maintiennent pourtant l’intérêt. Tout comme, inversement, la mélancolie universelle qui émane de ces échanges, effusions et querelles : celle d’adultes confrontant leur vie effective à leurs illusions et aspirations juvéniles.
Encore une « période particulière » merveilleuse dans la salle obscure qui reste dans les souvenirs et dans les coeurs..mi corazon
Publié dans:Cinéma |on 6 décembre, 2014 |Pas de commentaires »

Theyounglife |
thegoodcritic |
Flamenco y Co... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Restructuration d'Espa...
| Festival Ado #5
| Histoiredelartedna