Archive pour novembre, 2014

Festival InROCKS Philips

Au cœur de l’automne, le festival les inRocKs Philips accueille encore cette année des concerts singuliers et lumineux dans un mois en dégradés de gris. Come-backs, lives exclusifs, nouveaux talents et jeunes découvertes : cette vingt-septième édition aux mille facettes se tiendra les 15 et 16 novembre à Nantes.

The Acid
Des morceaux de poésie électronique, aux guitares tendues et aux beats épurés. Des titres portés par une voix capable de créer des hallucinations. C’est la voix du chanteur australien Ry X, décidément sur tous les fronts. Il n’officie pas seul sur ce projet. Il est accompagné des producteurs Steve Nalepa et d’Adam Freeland. Les membres de The Acid sont tous d’infatigables innovateurs. La portée de cette musique est immense, elle reste terrienne grâce à un son de basse viscéral, tout en évoquant le céleste par des sensations euphoriques.

Nick Mulvey
Souvent, quand le folk anglais prend de l’ampleur, il se pare de tics épiques, gonfle la voix comme un spinnaker de tempête – devient ultra-lyrique et ébouriffant, devient Mumford & Sons. A l’inverse, il peut aussi se réfugier dans le dénuement monacal, traîner sa misère et ses bobos dans le désert – et devenir peine-à-jouir. C’est précisément entre ces deux tentations, qu’elles n’effleurent pourtant jamais, que se jouent les chansons de Nick Mulvey, (en vacances de Portico Quartet), pour un folk aussi sophistiqué que retenu, d’obédience nord, voire sud-américaine (Elliott, Leonard, Sufjan…). Influence revendiquée d’Alt-J, l’Anglais abandonne les instruments bizarres et la complexité de son jazz futuriste pour une guitare sans échardes, mais pas sans piquant.

Ásgeir
En septembre dernier, le singer-songwriter, a fait sensation chez lui en publiant “Dyrd í dauðathogn” : c’est l’album d’un artiste local qui s’est vendu le plus rapidement de l’histoire du disque en Islande. Des chansons qui brillent par leur musique, mais également par leur texte poétique. A 21 ans, l’Islandais Asgeir rénove le folk par une électronique discrète. Son poétique parolier, lui, a 74 ans : c’est son père. Leurs chansons – grâce à un pouvoir mélodique qui tient du sortilège – s’adressent constamment au soleil, en un clair-obscur rarement entendu depuis Bon Iver.

Baxter Dury
Dans les familles rock, comme chez les Buckley, les Lennon ou les Cohen, la progéniture a rarement droit à l’erreur si elle veut se faire un prénom. Fils du légendaire Ian, Baxter Dury devait parfaitement connaître la règle du jeu pour avoir à ce point réussi ses premiers albums. Sa pop-music aux oreilles grandes ouvertes allie avec une rare élégance des turbulences psychédéliques et des cascades de cordes. Distinguée et sentie, cette savante orchestration transporte des mélodies éclatantes et le chant troublant d’un Baxter Dury au songwriting pudique et narquois. Drôle, charmant, excitant, élégant : c’est Baxter Dury…

Inrocks14734      Stereolux2-44441

brasserie-stereolux-nantes     421752_10150526279435966_683678661_n    Lien vidéo

Une soirée inoubliable..EEP..P

 

 

Publié dans:Concert |on 19 novembre, 2014 |Pas de commentaires »

Theyounglife |
thegoodcritic |
Flamenco y Co... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Restructuration d'Espa...
| Festival Ado #5
| Histoiredelartedna