Archive pour mars, 2014

Another year…

Another Year est un film britannique du réalisateur Mike Leigh présenté en sélection officielle au Festival de Cannes 2010, sorti le 22 décembre 2010 en France. Une année, quatre saisons, dans la vie Tom et Gerri, couple heureux et uni, de leur fils unique Joe, néo-trentenaire célibataire, et de quelques amis et parents « cabossés » par la vie. Des gens « ordinaires » pour une peinture attachante de personnages vivant à Londres et dans le Lancashire. La lumière des saisons change selon les sentiments des personnages. Tout – leurs petits malheurs, leurs mini-joies – passe dans un souffle. Comme dans ces pièces de Tchekhov où tout est joué, alors qu’il reste tant à faire, que nul, jamais, ne fera.

anotheryear    Lien vidéo

C’est tout simple donc, et dans un premier temps c’est même souvent drôle. Comme toujours ,Mike Leigh a élaboré scénario et dialogues avec sa troupe de comédiens, durant des mois de travail, et ils sont tous d’une justesse absolument sidérante. Seulement, à mesure qu’avancent les saisons, à mesure que file la vie, « Another Year » devient plus grave. Et si on a bien ri, une fois l’hiver arrivé, on est bouleversé, chaviré, par ce grand et beau film reparti scandaleusement bredouille du dernier Festival de Cannes. A sa façon profonde et précise, tendre et cruelle, Mike Leigh parle du bonheur, de ceux qui y arrivent et des autres, les plus nombreux. Sereins et radieux, irrésistiblement attirants, Tom et Gerri révèlent la part d’égoïsme indispensable à leur félicité, tandis que Mary, inapte et désarmante, semble condamnée à son rôle de spectatrice, voire de boulet. Concentré d’humanité entre une cuisine et un jardin, « Another Year » est un rendez-vous à ne pas rater.

Publié dans:Cinéma |on 6 mars, 2014 |Pas de commentaires »

Alain Bashung…

Alain Bashung, né Alain Baschung (Paris, 1er décembre 1947 – Paris, 14 mars 2009), est un auteur-compositeur-interprète et comédien français. Il est devenu une figure importante de la chanson et du rock français à partir du début des années 1980 et a influencé un grand nombre de chanteurs de la nouvelle scène française. Il est le chanteur le plus primé aux Victoires de la musique avec 12 victoires obtenues tout au long de sa carrière. Nous avons en fait perdu un apiculteur : un apiculteur du miel des mots, un butineur de divers talents et genres musicaux. Les initiés auront aussi reconnu le clin d’œil à  » l’apiculteur », une de ses plus belles chansons. Sur la mort, précisément.

BASHUNG_GRASSET-2-19fce

Lien vidéo

Lien vidéo 1

« Les gens sont des légendes, mais leurs âmes prennent la maquis« .
Ainsi donc, le crabe aux pinces d’or a eu raison du produit de luxe de la chanson française, du mystérieux et ténébreux artisan de la chanson ciselée. Un chanteur noir dont la négritude était intérieure. L’éternelle Gauloise blonde qui lui jaunissait les doigts. Ses volutes qui lui faisaient écrire « vos luttes partent en fumée, vos luttes font des nuées, des nuées de scrupules ».
Depuis mars, on savait bien que « les ombres s’échinent à lui chercher des noises« . Mais ce n’étaient encore qu’ombres chinoises.
Dans mon article du 2 avril, sur la préparation de la tournée suivant l’album « Bleu pétrole », je terminais mon billet en disant : « A la station service du temps qui passe, on vient de refaire le plein de pétrole. Pour la route. Ou ce qu’il en reste ».
« La gorge irritée, le souffle coupé , je m’époumonais sans broncher« , écrivait-il en 1998 de façon prémonitoire, dans « Angora ».
Publié dans:Musique |on 4 mars, 2014 |Pas de commentaires »

Band of brothers…

Frères d’armes (Band of Brothers en version originale) est une mini-série américano-britannique, en dix épisodes d’environ une heure chacun, créée par Tom Hanks et Steven Spielberg d’après l’œuvre de l’historien Stephen Ambrose. Cette série retrace l’histoire des soldats de la Easy Company, du 506e régiment d’infanterie parachutée, de la 101e Division Aéroportée US (dont les membres sont connus sous le nom de « Screaming Eagles » ou « Aigles hurleurs »), de ses débuts et jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale en 1945. À la veille du 6 juin 1944, la Easy est parachutée au-dessus de la Normandie. Les parachutages sont un désastre, les dropzones (zones de sauts) sont ratées et toute la compagnie est éparpillée dans le Cotentin. De plus, le lieutenant Meehan qui commande la compagnie est tué dans l’explosion de son C-47. Le commandement de la compagnie revient donc au lieutenant Winters. Puis on suit la compagnie partout en Europe, en Normandie pour la prise des canons du manoir de Brécourt puis à Carentan pour la prise de la ville, à Eindhoven aux Pays-Bas pendant l’opération Market Garden, puis à Nuenen, lieu de naissance de van Gogh selon Webster (en fait l’un de ses lieux de résidence) et, pendant la bataille des Ardennes, les forêts ardennaises à Bastogne et à Foy, et enfin la libération d’un camp de concentration près de Landsberg am Lech. Puis le jour V-E à Berchtesgaden pour la prise du « nid d’aigle » d’Hitler, dernier bastion du Troisième Reich. Les neufs premiers épisodes sont précédés de l’intervention de vétérans de la compagnie (âgés alors d’environ 80 ans), commentant l’événement dont il va être question. Le dernier épisode, quant à lui, se conclut par quelques mots de ces anciens de la Easy sur leurs camarades et leur expérience.

Band-20of-20Brothers

Lien vidéo

Lien vidéo 1

Ce qui fait la force de Frères d’armes est que les hommes restent liés jusqu’à la fin. Les événements relatés sont tous réels, comme lors du Jour-J, lorsque Malarkey parle avec un prisonnier américano-allemand ou encore la fabuleuse course de Speirs devant toute une garnison allemande à Foy. Donald Malarkey avait un ami dans un autre régiment de la 101e dont les trois frères ont été tués au combat. À la mort du troisième frère, que Malarkey connaissait, l’état major décida de renvoyer le jeune survivant dans son foyer. Cet événement a été le point de départ du scénario du film Il faut sauver le soldat Ryan.

Avec 150 tonnes de papier recyclé afin de créer la neige : (Ép. 6 « Bastogne »), dans une scène se déroulant en forêt, la série détient le record de la plus grosse quantité de neige artificielle employée à la télévision

Band of brothers i am proud of them…

 

 

Publié dans:Télévision |on 2 mars, 2014 |Pas de commentaires »
12

Theyounglife |
thegoodcritic |
Flamenco y Co... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Restructuration d'Espa...
| Festival Ado #5
| Histoiredelartedna