Archive pour janvier, 2014

Wallander…

Kurt Wallander est le personnage principal d’une série de romans policiers de l’écrivain suédois Henning Mankell. Il est commissaire de police au commissariat d’Ystad, une ville de Scanie, dans le sud de la Suède près de Malmö. Se démenant sans dormir dans la brume épaisse de la campagne suédoise, le commissaire perce avec une grande rationalité et froideur les histoires les plus alambiquées. Un style suédois, un polar qui s’attache à décrire les dérives d’une société suédoise que Henning Mankell ne comprend pas, d’une violence récente qu’il essaie à présent de décrypter à travers son personnage. Née en 1991, cette série d’une dizaine de romans policiers a reçu le Grand Prix de la littérature policière par l’Académie Suédoise. En France, il a reçu les prix Mystère de la Critique, prix Calibre 38 et le trophée 813 du meilleur roman étranger. La date de naissance de Kurt Wallander est le 30 janvier 1948 (il fête son 43e anniversaire dans Meurtriers sans visage), soit 5 jours avant celle de Henning Mankell. Les épisodes de la série se déroulent tous l’année de leur écriture, ce qui fait que Wallander a le même âge et le même rythme de vieillissement que son auteur.

wallander    Lien vidéo

Les Enquêtes de l’inspecteur Wallander (ou Wallander), est une série télévisée britannique créée par Philip Martin, deuxième adaptation des romans de l’écrivain suédois Henning Mankell mais troisième série reprenant le personnage de Kurt Wallander, produite par Yellow Bird, Left Bank Pictures et TKBC pour la BBC en Écosse et diffusée depuis le 30 novembre 2008 sur BBC One.

Musique « Nostalgia », by Emily Barker & the Red Clay Halo. It’s the theme song to the Wallander series with Kenneth Branagh.

Publié dans:Télévision |on 25 janvier, 2014 |Pas de commentaires »

The Lunchbox…

Tous les matins, elle cuisine avec amour : pour reconquérir son mari qui la délaisse (alors qu’elle est belle comme le jour), elle mitonne des petits plats plus savoureux les uns que les autres. Elle les confie ensuite à un service de livraison qui achemine des milliers de déjeuners aux salariés des entreprises de Bombay. Sa voisine du dessus en est sûre : « Il ­t’offrira le Taj Mahal !Le Taj Mahal est une tombe », répond la jeune femme, avec un petit sourire mélancolique. Le soir, en effet, elle ne reçoit aucun compliment. Le fade mari a une excuse : les « lunchbox » sont remises par erreur à un comptable veuf et au bord de la ­retraite. Comprenant la confusion, l’épouse glisse un petit mot d’explication dans la gamelle.

The LunchBox Ritesh Batra      Lien vidéo

Hollywood a du souci à se faire : avec cette comédie sentimentale, Ritesh Batra prouve que l’on peut réussir une délicieuse romance épistolaire à partir d’une simple boîte en fer. Accidentelle bouteille à la mer devenue boîte à lettres mobile, la gamelle éclaire le passé et les attentes de deux coeurs solitaires, et ses allers et retours — un ballet à travers Bombay — créent un vrai suspense.

Une délicieuse trame d’amour emplie de non dits…Promenade au gré des repas livrés et des billets doux échangés.. Il n’y a pas d’âge pour ce sentiment..

Publié dans:Cinéma |on 24 janvier, 2014 |Pas de commentaires »

Top…

Top of the Lake  . Un ciel couvert, un crime malsain, une femme flic en proie à ses propres démons. Une seule et même enquête qui s’étale, s’enlise et se perd dans les méandres d’une petite communauté. Jusque là, rien de bien nouveau, on est dans la tendance. The Killing, The Bridge, The Fall, Broadchurch : toutes ces séries ont déjà su dessiner au détour d’un crime horrifique le portrait d’une femme qui met son âme en jeu dans sa quête de vérité. Top of the Lake, la mini-série de Jane Campion et de Gerard Lee, se démarque en poussant le concept à son paroxysme et en appuyant sans retenue là où ça fait mal, laissant derrière elle toute convention sérielle pour explorer sa propre forme.

top_of_the_lake        Lien vidéo

La mise en scène envoûtante fait perdre pied et oblige à abandonner toute attente habituellement associée à un policier du dimanche. C’est une invitation au voyage. Un voyage obscur pour une contrée sauvage et claustrophobique, où le spectateur n’a aucun contrôle.La Nouvelle-Zélande qu’on y découvre n’est plus la terre des légendes du Seigneur des Anneaux, mais un pays reculé, à la fois primitif et décadent où les hommes sont cruels et où les femmes subissent leur emprise. Autour d’un lac maudit, les montagnes menaçantes font oublier l’existence du monde moderne.

Publié dans:Télévision |on 23 janvier, 2014 |Pas de commentaires »
12345...10

Theyounglife |
thegoodcritic |
Flamenco y Co... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Restructuration d'Espa...
| Festival Ado #5
| Histoiredelartedna