Top…

Top of the Lake  . Un ciel couvert, un crime malsain, une femme flic en proie à ses propres démons. Une seule et même enquête qui s’étale, s’enlise et se perd dans les méandres d’une petite communauté. Jusque là, rien de bien nouveau, on est dans la tendance. The Killing, The Bridge, The Fall, Broadchurch : toutes ces séries ont déjà su dessiner au détour d’un crime horrifique le portrait d’une femme qui met son âme en jeu dans sa quête de vérité. Top of the Lake, la mini-série de Jane Campion et de Gerard Lee, se démarque en poussant le concept à son paroxysme et en appuyant sans retenue là où ça fait mal, laissant derrière elle toute convention sérielle pour explorer sa propre forme.

top_of_the_lake        Lien vidéo

La mise en scène envoûtante fait perdre pied et oblige à abandonner toute attente habituellement associée à un policier du dimanche. C’est une invitation au voyage. Un voyage obscur pour une contrée sauvage et claustrophobique, où le spectateur n’a aucun contrôle.La Nouvelle-Zélande qu’on y découvre n’est plus la terre des légendes du Seigneur des Anneaux, mais un pays reculé, à la fois primitif et décadent où les hommes sont cruels et où les femmes subissent leur emprise. Autour d’un lac maudit, les montagnes menaçantes font oublier l’existence du monde moderne.

Publié dans : Télévision |le 23 janvier, 2014 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Theyounglife |
thegoodcritic |
Flamenco y Co... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Restructuration d'Espa...
| Festival Ado #5
| Histoiredelartedna